Exercice physique et bactéries intestinales

Août

6

août 6 , 2015 | No Comments

Exercice physique et bactéries intestinales

Exercice physique et bactéries intestinales

Exercice physique et bactéries intestinales

Une récente étude vient de prouver que l’activité peut encourager le développement de germes bénéfiques pour votre intestin, tandis que l’inactivité physique pourrait avoir l’effet contraire. Les résultats obtenus par les chercheurs démontrent ainsi qu’en plus de maintenir l’organisme en bonne santé, l’exercice physique influence l’évolution de notre poids et la santé globale en agissant et en modifiant les types de bactéries qui peuplent l’organisme humain.

L’exercice physique améliore la composition du microbiote intestinal

Une équipe de chercheurs de l’University College Cork, l’université nationale d’Irlande, ont en effet réalisé une étude sur l’équipe nationale de rugby d’Irlande. Les chercheurs ont ainsi sélectionné des athlètes professionnels comme groupe d’étude, les chercheurs voulaient être sûrs que les patients ne manquent pas d’exercice et qu’ils puissent aussi effectuer des exercices physiques extrêmes en toute sécurité. Les chercheurs ont donc étudié un groupe de 40 joueurs, qui étaient soumis à un examen physique intense, puisque les joueurs de l’équipe nationale d’Irlande étaient en formation de pré saison.

Ensuite, pour pouvoir comparer les résultats avec un groupe témoin, les chercheurs ont également recruté deux autres groupes d’adultes en bonne santé, qui ne comptait aucun athlète. Le premier groupe était composé d’hommes qui affichaient un indice de masse corporelle normale et la plupart des membres de groupe pratiquaient une activité physique légère. Les hommes qui composaient le deuxième groupe étaient, eux, plutôt sédentaires et avaient un indice de masse corporelle qui les qualifié comme étant en surpoids ou même obèse. En effet, comme les joueurs de rugby affichent une masse corporelle bien supérieure à la moyenne, les chercheurs souhaitaient comparer les bactéries qui composent le microbiote d’hommes qui affichent une masse similaire.

Les chercheurs ont donc recueilli des échantillons de sang et de selles de tous les sujets, qui ont également été soumis à des questionnaires détaillés sur leurs séances d’exercice quotidien, mais aussi sur leurs habitudes alimentaires. Ensuite, les chercheurs ont analysé le sang des hommes afin de vérifier les marqueurs de lésions musculaires et d’inflammation, qui indique si les participants ont ou n’ont pas réalisé d’exercice physique récemment. Ils ont également utilisé des techniques de séquençage génétique très sophistiquées afin d’identifier et de dénombrer les bactéries intestinales de chaque homme. Les chercheurs ont ainsi pu constater que les bactéries contenues dans le microbiote des athlètes étaient bien différentes que celles que l’on trouvait dans le groupe de contrôle. Les athlètes bénéficiaient en effet d’un microbiote intestinal qui contenait une plus grande diversité de bactérie. Les joueurs de rugby avaient ainsi un plus grand nombre de bactéries particulières qui ont déjà été reliées lors d’études antérieures à une diminution du risque d’obésité et à un risque d’inflammation systémique.

Par contre, les hommes qui faisaient partie des deux groupes de contrôle et tout particulièrement les hommes qui affichaient une IMC élevée et qui pratiquaient que, rarement, une activité physique, ne présentaient qu’un faible nombre de bactéries spécifiques, alors que les marqueurs d’inflammations étaient bien plus élevés. Ces résultats permettent donc de prouver que l’exercice physique a un effet bénéfique sur le microbiote intestinal et sur la santé physique.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This is a demo store for testing purposes — no orders shall be fulfilled. Rejeter