Les fraises seraient un réservoir à pesticides

Août

22

août 22 , 2015 | No Comments

Les fraises seraient un réservoir à pesticides

Les fraises seraient un réservoir à pesticides

Les fraises seraient un réservoir à pesticides

Vous suivez un régime efficace, alors vous feriez bien de vous méfier des fraises. L’association Génération Futur vient de nous dévoiler les résultats d’une récente étude qui s’est intéressée à la présence de pesticides présents dans les fraises. Cette étude démontre qu’il est important d’agir et de mettre en place une réglementation plus sévère. D’ailleurs, les résultats de cette étude sont présentés, alors que le gouvernement doit présenter prochainement la stratégie nationale qui sera mise en place pour lutter contre les perturbateurs endocriniens.

Ainsi sur les 49 échantillons étudiés composés de fraises non bio produites en France et en Espagne, 71,42% des traces de pesticides perturbateurs endocriniens. Dans le détail ce sont 8 pesticides perturbateurs endocriniens différents qui ont été retrouvés sur les fraises analysées dont 91,83% contenaient aussi au moins une trace de pesticides. L’étude signale aussi que bien la totalité des produits repérés apparaissait sous la forme de traces qui ne dépassaient pas les limites maximales autorisées. Toutefois, les chercheurs souhaitent insister sur les risques de « l’effet cocktail » que peuvent représenter ses produits lorsqu’ils sont additionnés.

La présence de substances interdites

Mais les résultats de l’étude sont encore plus inquiétants, puisqu’ils signalent la présence de pesticides interdits en Europe. Ainsi deux des échantillons français contenaient de l’endosulfan, un insecticide prohibé depuis 2005. Les laboratoires ont aussi retrouvé dans deux échantillons espagnols des traces de carboslfan, un insecticide, qui est, lui, interdit depuis 2007. Mais les analyses ont aussi révélé la présence de substances actives autorisées, mais en dehors de la culture de la fraise, dans trois échantillons français et dans deux échantillons espagnols.

Toutefois, l’association Génération Futur souligne que le nombre d’échantillons étudié est assez faible et qu’il ne peut donc pas être représentatif des produits consommés en France. Cette étude vise donc plus à alerter l’opinion publique afin de faire pression sur le gouvernement pour la mise en place de règles plus restrictives et la mise en place de contrôles plus poussé.

Le gouvernement est prêt à faire des concessions sur les pesticides perturbateurs endocriniens

L’association Génération Futursouligne que le moment est particulièrement bien choisit pour alerter l’opinion, puisque selon elle, le gouvernement serait prêt à faire des concessions sur les pesticides perturbateurs endocriniens. En effet, les pouvoirs publics seraient prêts à mettre en place une législation qui permettrait de lever l’interdiction de certains pesticides perturbateurs endocriniens après la mise en place d’une étude d’impact. Alors que la réglementation européenne interdit elle l’ensemble des pesticides perturbateurs endocriniens sur la base de leur dangerosité intrinsèque.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This is a demo store for testing purposes — no orders shall be fulfilled. Rejeter