Quels facteurs modulent l’appétit sur le court terme?

Août

21

août 21 , 2015 | No Comments

Quels facteurs modulent l’appétit sur le court terme?

Quels facteurs modulent l’appétit sur le court terme

Quels facteurs modulent l’appétit sur le court terme

Nous avons déjà vu que le corps dispose de plusieurs mécanismes qui permettent de réguler l’appétit et la prise alimentaire. Toutefois, ces facteurs sont complétés et même parfois contrés par des facteurs externes, qui peuvent être environnementaux, psychologiques… Nous allons donc essayer de détailler ces facteurs pour vous aider à mieux gérer votre appétit et donc votre alimentation dans le cadre de votre régime efficace.

Une prise alimentaire programmée avant la naissance

Une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition nous apprend qu’il existe un rapport étroit entre ce qu’un enfant mange à l’âge de 10 ans et ce que mangeait sa mère enceinte. Cette corrélation se vérifie au niveau des apports en glucides, en lipides, mais aussi en protéines. L’étude a même réussi à démontrer que cette relation est plus forte que celle qu’il existe entre l’alimentation de l’enfant et celle de ses parents après sa naissance. D’après ses résultats, on pourrait donc réduire les risques d’obésité et de problème d’alimentation infantiles en conseillant aux futures mères d’adopter une alimentation saine et équilibrée dès les premiers mois de grossesse.

L’influence de l’âge et des maladies

Au fur et à mesure de l’augmentation de l’âge, on observe une baisse de l’appétit qui s’explique par une baisse des signaux orexigènes. Les chercheurs ont ainsi pu observer une diminution de l’expression hypothalamique du neuropeptide Y, qui a un effet orexigène, mais aussi de ces récepteurs. De plus chez les individus âgés, l’activité de la ghréline, le seul orexigène non synthétisé par le système nerveux central est totalement supprimé.

Mais les infections, les cancers ou les maladies inflammatoires peuvent aussi provoquer des perturbations du comportement alimentaire et de l’appétit. En effet ces agressions du système immunitaire provoquent en effet la libération de cytokines qui agissent sur le système nerveux central.

Les goûts, les facteurs psychoaffectifs et les facteurs sociaux

Les mécanismes de satiétés sont bien sûr influencés par nos goûts, qui sont à la fois innés, nous sommes ainsi naturellement attirés par les saveurs sucrées, modérément salées, par contre nous avons une naturelle aversion pour les saveurs amères. Les goûts s’acquièrent aussi avec le temps, grâce à nos expériences gustatives, nos expériences olfactives ou digestives. Ce phénomène s’appelle l’alliesthésie et crée une diminution de l’agrément avec l’augmentation des quantités absorbées, jusqu’à l’écœurement, ce qui permet aussi de jouer un rôle dans la satiété.

L’humeur ou les facteurs psychoaffectifs, qui impliquent un plaisir anticipé lié à l’idée de manger, peuvent aussi être déterminants pour l’appétit. Mais le contraire peut être vrai aussi, un souvenir négatif peut être associé à un aliment et provoquer un dégout anticipé.

Il faut aussi tenir compte des facteurs environnementaux, induits par les facteurs familiaux ou socioculturels. Ainsi les habitudes de repas et surtout l’image du corps et son idéal en fonction du milieu culturel influencent l’alimentation, mais aussi les quantités ingérées.

Enfin, la volonté propre de l’individu est déterminante dans la gestion de la prise alimentaire et de l’appétit. En effet malgré tous les signaux cognitifs un individu peut décider de réduire son alimentation pour suivre un régime, ou encore choisir de manger plus que raison.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This is a demo store for testing purposes — no orders shall be fulfilled. Rejeter